Euristote

Les espoirs sont-ils permis ?

Posté : 13 mars, 2013 @ 10:48 dans Articles | Pas de commentaires »

Question personnelle, je l’admets. J’ai décidé d’intituler cet article ainsi car, en rangeant, j’ai retrouvé des écrits (datant du collège!) rédigés lors d’un projet en classe de français. On devait écrire plusieurs rédactions qui formeraient un « roman » et j’avais intitulé mon récit Les espoirs sont permis.

C’est intriguant que je le retrouve à un moment de ma vie où je suis égarée, où je suis ébranlée dans mes certitudes, et où je ne sais plus où je vais.

Une question qui me trouble depuis très longtemps est comment gérer au mieux notre passage sur Terre c’est-à-dire comment profiter au maximum de ce que la vie nous offre.

Finalement, cette interrogation peut se résumer en ces mots : doit-on vivre ou survivre ? Cette question est à lire au niveau intérieur, au niveau profond de chaque être humain. (Bien sûr, je ne veux en aucun cas parler ici de la situation socio-économique de chacun.)

Vivre implique la recherche du bonheur, la quête perpétuelle de la remise en question, la prise de risques quotidienne… Survivre au contraire, rappelle ce petit animal blessé qui doit lutter contre tous les obstacles qui se dressent devant lui. Cette lutte perpétuelle se fait alors dans la souffrance car ce petit être n’a pas choisi de naître certes, mais il est obligé d’y faire face, de lutter.

Alors vivre ou survivre ? Beaucoup d’Hommes survivent davantage qu’ils ne vivent. Refuser l’obstacle, la difficulté ou l’incertitude est certes, un réflexe de protection mais se protéger constamment ne mène pas au bonheur.

Il nous faut expérimenter, se tromper, repartir, rebondir, bref vivre ! Vivre, c’est ressentir au plus profond de soi des émotions, que l’on juge sur le moment, mais qui sur le long terme nous enrichissent.

Non seulement, on se connaît alors mieux mais on peut se mettre à la place de l’autre. On peut plus aisément ressentir ses émotions, si on a vécu des sentiments similaires. On comprend mieux ses réactions et on peut se placer en situation de partage pour les recevoir et renvoyer les gestes apaisants.

Alors OUI les espoirs sont permis car chacun peut changer, évoluer, aller de l’avant. Un coup de téléphone, un e-mail, un simple SMS, au niveau communicationnel, mais également un regard, une paire de chaussettes, une manière d’être tout simplement, peuvent changer beaucoup de choses dans une vie… Mais si l’on refuse d’affronter les éléments que la vie met sur notre chemin, alors on stagne, on se noie petit à petit dans notre train-train quotidien et les regrets seront au terme de notre vie bien présents dans leur amertume. Vous la connaissez tous cette phrase à la fois banale mais révélatrice : « ah, si j’avais su… ». On ne peut s’empêcher d’y penser mais elle arrive trop tard… Bien trop tard.

En quelques mots, je clôturerai cet article : Osez prendre le risque de vous tromper et vivez, nom d’une pipe !

Euristotement sincère.

 

 

François, pour toi, c'... |
Celal Karaman Güncel Blog,c... |
Tonyferri |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Blackdiamond1999
| EmGlob
| Capucinespana